Nomade Normale

Avec les réseaux sociaux, j’ai souvent la fâcheuse tendance à partager comme nombre d’entre vous nos bons moments, nos belles photos de famille, ou encore les blagues trop mignonnes des enfants.

Pourtant, on le sait, ça ne reflète pas la réalité. Derrière ces beaux moments, il y a aussi les clashs avec son amoureux.se, les cernes et les vêtements tâchés, les coups de blues/gueule, la fatigue, les engueulades avec les enfants… Bref ! C’est pas toujours ambiance et cotillons.

Et quand on est nomade, c’est tout pareil ! Vous êtes de plus en plus nombreux à réagir positivement, et avec envie face à notre vie sur le camion. « C’est génial - ça fait rêver - j’aimerais tant faire pareil »… et je vous comprends !
J’ai moi-même eu ces impressions..., et notre envie de devenir nomade ne date pas d’hier, loin de là (on mûrissait ce projet depuis plus de 6 ans avant qu’il ne soit concrétisé).

Cette envie était accrue lorsque je flânais sur les blogs de nomades qui montraient des jolies photos instagramées, et où les héros de ces vies hors normes nous contaient les merveilleux avantages de la vie à bord d’un van/camping-car/camion. La liberté est mise en avant, à coup de filtres amaro et phrases spirituelles. A les lire, nous qui rêvions de vivre cette expérience, nous avions souvent le sentiment de rater quelque chose si nous ne passions pas le cap…

Heureusement, non seulement nous sommes toujours restés réalistes, mais avions pu nous faire une idée de la vie sur la route avec notre premier camping-car, un merveilleux Peugeot J7 de 1979, Caracol... et donc nous rendre vite compte que derrière ces injonctions parfois dérangeantes à tout lâcher et vivre sur quelques mètres carrés roulants, et ces photos filtre vintage se cachent une vie… différente mais surtout très normale et loin d'être facile ! Du coup, ben nous ne tombons pas de haut, bien au contraire, nous étions préparés. On réalise juste que ce que nous pressentions (que cette vie est plus normale qu’il n’y paraît) est bel et bien réel.

Donc désolée si je casse un peu le mythe maiiis... On est nomade oui, mais on change quand même encore des couches, on a toujours besoin de notre tasse de café pour démarrer la journée après une nuit trop courte rythmée par les tétées du dernier, et il faut encore sortir le chien.

Nous ne sommes pas des héros, ni particulièrement courageux, voir même des fous.

Nous essayons juste un mode de vie différent mais de fait, plutôt rare.

Allez, on vous montre ? 

Etre nomade c’est : 

Revenir aux plaisirs simples - et avoir intérêt à tomber facilement en pâmoison devant une tomate mozza

C’est un peu tout le temps l’apéro - et se rendre compte qu’on doit se limiter, faute de tomber dans l’alcoolisme…

C’est de pouvoir manger tous les jours dans des endroits différents - et aussi faire des picnics glamour et paillettes sur le parking du Leclercq pendant que ton linge tourne (et quand même en rire)

C’est de pouvoir vivre dans des endroits perdus dans la nature - et n’avoir aucun réseau 4g

C’est une ode au minimalisme - en même temps à 5 dans 15m2, t’as moyennement le choix…

C’est la rapidité de rangement - c’est aussi voir son espace immaculé potentiellement ruinable en 5 minutes. Si les enfants sont en forme, 4.

C’est profiter de tout ce que la nature peut nous apporter - les piqures d’insectes qui vont avec.

C’est d’être libre d’aller où le vent nous emporte - mais être tenu de chercher régulièrement des points d’eau.

C’est de vivre avec peu de resources, être respectueux de la nature et avoir conscience de nos consommations - et devoir se laver avec 10 litres d’eau.

C’est l’autonomie d’énergie - mais être quand même assez juste malgré les 1000 boules investis en panneaux solaires, batteries et convertisseur.

C’est avoir des toilettes sèches - et devoir les vider…

C’est avoir 4 petites étagères pour TOUS tes vêtements (oui… Tous…) - mais tu n’hésites pas 10 000 ans pour choisir ta tenue le matin !

C’est la magie de visiter des tas d’endroits magnifiques - sauf ceux où les ccaristes ne sont pas les bienvenus (coucou midi de la France et ton épidémie de barres 1,80m)

C’est de se réveiller avec une furieuse envie de café… Et ne plus avoir de gaz.

C’est rencontrer des gens géniaux et se faire pleins de copains dans chaque ville - mais être loin des gens qu’on aime profondément.

C’est quand même une vie géniale - mais loin d’être exempte de soucis.