La promesse


Cette envie de voyage, de vie nomade, ça fait si longtemps, qu'on en rêve.


Je me rappelle clairement de cette conversation avec Jérôme, où nous nous sommes promis de tout faire pour avoir une vie extra-ordinaire (dans son premier sens du terme, cette vie qui sort du lot. Ô attention ! Ne vous y méprenez pas. Cette vie n'est pas meilleure que celle de notre voisin qui a une routine bien établie, et confortable, cette vie moelleuse qui a pleins de bons côtés, et qui, j'en suis certaine, finira par nous manquer ! Mais pour le moment, et avant qu'il ne soit trop tard, nous avons BESOIN de sortir de cette "zone de confort" (très à la mode d'ailleurs, cette injonction à sortir de cette fameuse zone...)). 

Ce pourrait presque être une scène de film... C'était un dimanche de printemps, le lendemain d'une soirée un peu trop arrosée de bières. Il faisait beau dehors. Il faisait meilleur dans notre chambre. Nous prenions un café fumant au lit, et, blottie dans ses bras, il me racontait son périple au Canada, et me confiait son sentiment "trop peu".
 - "Un jour, ma boubou, on partira".


Je ne sais pas vous, mais moi, je le sens quand ce sont des promesses en l'air. Et celle-ci n'en était pas une.  Je savais qu'il me disait l'avenir. 

Ce que je n'avais pas pressenti, c'était toute la difficulté et les obstacles (mentaux et matériels) pour arriver à "partir". Je crois que si Jérôme n'était pas aussi décidé, j'aurais probablement baissé les bras... 

Je ne peux pas encore vous parler de la vie nomade (notre expérience se résume à quelques jours de vacances avec notre premier camping car, un ancêtre de 1978 qui est parti rejoindre une nouvelle famille). Je peux par contre vous parler de la peur qui me tenaille...

Si Jérôme est incroyablement détendu (cet homme reste donc maître de ses émotions en toute circonstance ?), de mon côté, c'est plutôt insomnies sur insomnies. Pour une raison qui m'échappe, mon cerveau se met en route à 4h du matin, mes yeux s'ouvrent, les questions viennent par dizaines en quelques secondes, mon ventre se tord et mon coeur fait du tamtam.

Tout sera nouveau, il faudra sûrement un temps d'adaptation une fois sur la route, mais je mentirais aussi si je ne vous confiais pas que, très paradoxalement (et heureusement d'ailleurs, sinon, "what's the point ?"), j'ai hâte de vivre cette aventure ! 

On ne manquera pas en tout cas de vous narrer de l'intérieur cette expérience ! En attendant, même si mes sentiments passent de l'inquiétude et le doute à la joie et l'excitation, il y a une pensée qui ne me quitte pas : ce qu'on est en train de préparer est fou et évident à la fois ! Et c'est BON quand on voit qu'une promesse folle est tenue !